Trotteur ou Youpala, Attention !

Trotteur ou Youpala, Attention !

Utilisé pour « apprendre » à marcher ou tout simplement laisser bébé autonome, le youpala est sujet à controverse.

Selon les données actuelles et les études scientifiques menées, les avis divergent concernant ses effets mais la majorité s’accorde à dire qu’ils sont néfastes pour le développement de bébé.

 Le Conseil général du Val-de-Marne avait déjà lancé en 2013, une campagne de prévention sur les dangers du youpala (également appelé trotteur).

https://www.valdemarne.fr/le-conseil-departemental/enfance/education/protection-maternelle-et-infantile-pmi/halte-au-youpala

 

 

Le développement moteur du nourrisson

Il est important de connaitre le développement moteur pour pouvoir comprendre les effets du youpala.

Il passe par plusieurs étapes et chacune d’entres elles est essentielle au bon développement de bébé :

  • Allongé au sol
  • Se mettre sur le côté
  • Se soulever
  • Se mettre à quatre pattes (le vrai quatre pattes impliquant une impulsion avec le gros orteil)
  • Se mettre à genoux
  • Se redresser
  • Se tenir debout

En passant par toutes ces étapes, bébé apprend au fur et à mesure à appréhender son environnement mais notamment il apprend à tomber. Il sait tomber comme il faut en essayant de se rattraper ou d’amortir la chute.

Cela aura aussi une influence sur sa motricité tout au long de sa vie.

Influence du Youpala

L’utilisation fréquente du youpala pourrait nuire au bon développement moteur de bébé.

En effet, la position du nourrisson dans le youpala le met en « extension » :  il marche sur la pointe des pieds, son corps est tendu, en recherche constante d’équilibre sans jamais le trouver (souvent penché vers l’avant pour avancer par une mise en place d’équilibre/déséquilibre).

Cela empêche bébé de se redresser naturellement en passant par toutes les étapes du développement puisqu’en général il ne sait pas encore se tenir assis seul qu’on le place déjà dans le youpala où il s’efforce à maintenir une position debout.

De plus cela l’empêche de découvrir son environnement et par conséquent on observe une absence de réflexes de protections notamment avec les mains lors de chutes.

Il va sans dire que sans surveillance un youpala peut aussi être dangereux : accidents graves, chutes…

Selon le même principe, il en est de même pour les chaises hautes. Il est important que bébé ait découvert et appris seul à savoir se maintenir assis avant de le « forcer » à se placer sur une chaise haute, pour lui donner à manger par exemple.

N’hésitez pas à en discuter avec votre ostéopathe.

 

Article pubmed : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29201117

Marion WYSOCKI (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)


Avertissement médical & Précautions d’utilisation

L’information présentée ne saurait en aucun cas remplacer un avis médical. Si nécessaire, nous vous invitons à demander conseil à votre médecin.

Il ne s’agit ici que d’informations, vous êtes évidements libres de faire votre propre opinion et vos propres choix.

Vous reconnaissez être pleinement informé des risques encourus lors de cette pratique et êtes seul responsable de son exécution.
La responsabilité des auteurs ne saurait être engagée.

La maladie de Sever & Ostéopathie

La maladie de Sever & Ostéopathie

Définition

La maladie de Sever est une ostéochondrite du pied. Cette maladie prend aussi le nom d’apophysite postérieure calcanéenne ou ostéochondrite juvénile du calcanéum. Elle affecte la partie postérieure du talon chez le pré-adolescent, sur la zone d’insertion du tendon d’Achille. C’est une pathologie micro-traumatique qui est la plus fréquente du pied. Nous pouvons superposer la maladie de Sever à la maladie d’Osgood-Schlatter qui elle se situe quant à elle au niveau du genou.  Il s’agit de l’inflammation de la zone de croissance (noyau d’ossification) sur laquelle s’insère le tendon d’Achille.

Chez qui ?

La maladie de Sever se manifeste chez l’enfant et l’adolescent en période de croissance environ de 7 à 16 ans. C’est une pathologie uniquement pédiatrique.

 

 

 

 

Causes

La maladie de Sever est directement liée à la sur-utilisation de l’os (Calcanéum : talon) par le tendon d’Achille (tendon calcanéen).

  • Sportif (tennis, football, danse, handball, gymnastique…) dont l’activité implique des mouvements intenses ou des impulsions répétées au niveau du talon ou de la cheville.
  • Surpoids qui augmente la sollicitation du talon sur le sol.

La douleur

L’enfant va se plaindre d’une douleur située en arrière du talon (talagie) qui va classiquement s’aggraver et augmenter lors de la marche, course à pied ou d’un effort sportif et au contraire s’atténuer ou diminuer au repos. La douleur va se localiser au niveau de l’insertion du tendon d’Achille pouvant faire évoquer une tendinite qui sera elle palpable le long du tendon et dont le diagnostic pourra être posé aisément à l’échographie et radiographie. Il n’est pas rare que l’enfant se plaigne de ses chaussures, qui en faisant pression sur la zone d’insertion, vont déclencher la douleur.

Traitements

  • Repos et arrêt des activités sportives.
  • Poser du froid (glace).
  • Semelles orthopédiques.
  • Antalgiques et pommade anti-inflammatoire (exceptionnellement).
  • Ostéopathie.

L’ostéopathie mon amie

Comme nous avons pu le voir, la maladie de Sever est une pathologie qui prend origine à cause de la sur-sollicitation du talon et du tendon d’Achille. L’ostéopathe en rééquilibrant le bassin, les genoux ainsi que les chevilles, permettra une diminution de la sollicitation sur la zone endolorie. Le but étant de changer la physiologie articulaire en modifiant la posture provenant des pieds.

Cependant, la maladie de Sever se guérit spontanément lors de l’arrêt des phase de croissance.

Guillaume SOLAZ (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)


Avertissement médical & Précautions d’utilisation

L’information présentée ne saurait en aucun cas remplacer un avis médical. Cessez immédiatement la pratique et consultez votre médecin si vous constatez des douleurs inhabituelles. Nous vous invitons à demander conseil à votre médecin avant leur mise en application.

Vous reconnaissez être pleinement informé du risque que peut représenter la pratique d’exercices physiques et êtes seul responsable de leur bonne exécution. La responsabilité des auteurs ne saurait être engagée si une blessure survenait lors de la mise en application d’un de ces exercices.

La maladie de Scheuermann & Ostéopathie

La maladie de Scheuermann & Ostéopathie

Définition

La maladie de Scheuermann ou dystrophie rachidienne de croissance, appelée encore cyphose juvénile voire cyphose des adolescents est une pathologie liée à un trouble de la croissance faisant partie de la famille des ostéochondrites.

Chez qui ?

Elle touche jusqu’à 10% des enfants et adolescents de 11 à 18 ans avec une plus forte prévalence chez les garçons par rapport aux filles.

Où ?

La maladie de Scheuermann donnera la plupart du temps une cyphose de la colonne vertébrale dorsale (augmentation de la courbure rachidienne), car les vertèbres vont croître plus à l’arrière qu’à l’avant. Il est à noter que dans la plupart des cas, une hyper-lordose lombaire (augmentation de la courbure vertébrale lombaire) va venir compenser cette cyphose dorsale.

Les symptômes

  • Raideur dans le dos.
  • Douleurs aiguës dorsales (lombaires parfois).
  • Fatigue générale.
  • Mobilité limitée dans certains mouvements

Évolution et complications de la maladie de Scheuermann

hyper cyphose dorsaleComme toutes les ostéochondrites, la maladie de Scheuermann cessera avec la fin de la croissance. Cependant, les dégâts causés au niveau des vertèbres pourront être irréversibles et ainsi provoquer des douleurs à l’âge adulte.

Traitements

  • Kinésithérapie.
  • Ostéopathie.
  • Port d’un corset (rare).
  • Sport d’extension (volley ball, natation…).
  • Chirurgie (exceptionnellement).

L’ostéopathie mon amie

Comme nous avons pu le voir, la maladie de Scheuermann est une pathologie qui a tendance à bloquer, rigidifier et enraidir les vertèbres dorsales et à moindre mesures les vertèbres lombaires. L’ostéopathie vient prendre tout son sens dans ses traitements, visant à débloquer l’ensemble de toutes les vertèbres afin de rendre la meilleure mobilité possible pour en diminuer les douleurs. L’ostéopathie demeure un traitement de choix.

Guillaume SOLAZ (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)


Avertissement médical & Précautions d’utilisation

L’information présentée ne saurait en aucun cas remplacer un avis médical. Cessez immédiatement la pratique et consultez votre médecin si vous constatez des douleurs inhabituelles. Nous vous invitons à demander conseil à votre médecin avant leur mise en application.

Vous reconnaissez être pleinement informé du risque que peut représenter la pratique d’exercices physiques et êtes seul responsable de leur bonne exécution. La responsabilité des auteurs ne saurait être engagée si une blessure survenait lors de la mise en application d’un de ces exercices.

La maladie d’Osgood-Schlatter & Ostéopathie

La maladie d’Osgood-Schlatter et Ostéopathie

 

Définition

La maladie d’Osgood-Schlatter est une ostéochondrite de la Lire la suite