Articles

Entorse de cheville & Ostéopathie

Entorse de cheville & Ostéopathie

Définition

Une entorse est une lésion traumatique d’un ligament, qui est une structure fibreuse dense et élastique qui relie deux os au niveau d’une articulation. Les entorses surviennent le plus souvent au niveau des articulations des membres inférieurs, comme la cheville, le genou ou le pied, mais peuvent également affecter les membres supérieurs, comme le poignet ou l’épaule ou encore apparaitre au niveau du rachis cervical, créant l’entorse cervicales (notamment lors d’un accident de la voie publique).

 

Lors d’une entorse, le ligament subit une tension excessive ou une torsion, qui peut entraîner une déchirure partielle ou complète. Les entorses sont classées en trois grades, en fonction de la gravité de la lésion :

 

 

  • Grade 1 : étirement du ligament ou déchirures microscopiques de quelques fibres avec une douleur et une inflammation légère, mais une fonction articulaire normale. En général, la cheville est peu enflée.
  • Grade 2 : déchirure partielle du ligament provoquant une difficulté à marcher sur le pied voire une impossibilité. La cheville qui est enflée est généralement accompagnée d’une ecchymose importante. La douleur est modérée à sévère. La cheville peut être instable.
  • Grade 3 : déchirure complète d’un ou de deux ligaments, avec une douleur intense, une inflammation importante et une instabilité articulaire totale. La cheville est très enflée et l’ecchymose très importante. Le patient se plait d’une impotence fonctionnelle complète et la cheville présente une laxité très significative et anormale.

Les entorses peuvent être causées par une torsion, une chute, un traumatisme direct ou une surcharge. Les symptômes courants comprennent la douleur, l’enflure, la raideur, l’ecchymose et une limitation de la mobilité articulaire.

A noter que les entorses de chevilles sont des entorses des faisceaux ligamentaires externes (on parle d’entorse de cheville externe) dans 90% des cas. Les entorses des faisceaux internes de la cheville ne représentant que 10% des entorses de cheville (on parle d’entorse de cheville interne).

Diagnostic d’opportunité & Ostéopathie

Les ostéopathes sont des « praticiens consultants de premiers rang à haute responsabilité ». Cela signifie que tout un chacun peut venir consulter un ostéopathe, sans ordonnance ou lettre d’adressage. Les patients peuvent donc venir consulter un ostéopathe en première intention. De plus, le terme « à haute responsabilité » signifie que l’ostéopathe est responsable (tant sur le plan civil que sur le plan pénal) de la totalité de sa prise en charge du patient.

Pour cela, avant de prendre en charge un patient qui se présenterait avec un motif de consultation à type d’entorse de cheville, l’ostéopathe doit poser un diagnostic d’opportunité. Le but étant de répondre à la question : L’ostéopathie est-elle indiquée dans la prise en charge du patient se trouvant devant nous ?

3 types de réponses peuvent être apportées en fonction de la présence de facteurs de risques et/ou de drapeau rouge.

  • Diagnostic d’opportunité positif absolu permettant une prendre en charge du patient sans restriction. Le patient ne comporte ni contre-indication ni drapeau rouge. (En général entorse de grade 1).
  • Diagnostic d’opportunité positif relatif permettant la prise en charge du patient soit partielle, soit avec contre-indications de certaines techniques ostéopathiques. Le patient ne comporte ni contre-indication ni drapeau rouge mais certains facteurs de risques comme la présence d’une ecchymose ou d’une instabilité de la cheville… (En général entorse de grade 2).
  • Diagnostic d’opportunité négatif  : aucune prise en charge possible en ostéopathie car présence d’un drapeau rouge (fracture, entorse de grade 3…).

Dans les cas de diagnostic d’opportunité négatif, votre ostéopathe vous réorientera vers la structure ou le professionnel de santé le plus adéquat à vous pendre en charge.

 

 

 

 

 

 

 

Comment l’ostéopathe réalise-t-il son diagnostic d’opportunité dans le cas d’une entorse de cheville ?

L’ostéopathe possède un bon nombre d’outil permettant la réalisation du diagnostic d’opportunité d’une entorse de cheville.

  1. L’anamnèse : qui correspond aux questions posées au patient (où ? comment ? depuis quand ? suite à quel évènement ? intensité de la douleur ? avez-vous entendu un craquement ?…).
  2. L’inspection : permet à l’ostéopathe d’évaluer la présence ou non d’une désaxation, d’un gonflement de la cheville, d’une ecchymose et de sa gravité…
  3. La palpation : point clé qui permettra de répondre ou pas aux critères d’Ottawa. En effet, pour poser son diagnostic d’opportunité, l’ostéopathe devra vérifier si votre entorse de cheville réponds à ces critères grâce à une palpation fine et adaptée. La réponse positive à l’un des critères d’Ottawa signifie un drapeau rouge pour l’ostéopathe : non prise en charge ostéopathique.

Les critères d’Ottawa

Les critères d’Ottawa sont des directives afin de déterminer si une radiographie est nécessaire pour diagnostiquer une fracture après une entorse. Les critères ont été développés à l’Université d’Ottawa en 1992 et sont basés sur la présence ou l’absence de certaines caractéristiques qui sont associées à une probabilité accrue de fracture. Les critères d’Ottawa pour les entorses de la cheville sont les suivants :

  1. Douleur osseuse à la palpation de la zone médiale ou latérale du bord postérieur de l’extrémité inférieure de la malléole.
  2. Douleur osseuse à la palpation de la base du 5e métatarsien.
  3. Incapacité de supporter un poids pendant quatre pas, soit immédiatement après le traumatisme soit lors de l’examen.
  4. Douleur à la palpation dans les 6 cm distaux de la malléole médiale.
  5. Douleur à la palpation dans les 6 cm distaux la de malléole latérale.
  6. Douleur à la palpation de l’os naviculaire (os scaphoïde du tarse).

 

 

 

 

 

Si le patient présente l’un des critères ci-dessus, une radiographie est recommandée pour exclure une fracture. Si aucun des critères n’est présent, une radiographie n’est généralement pas nécessaire. Les critères d’Ottawa peuvent aider à éviter les radiographies inutiles et ainsi réduire les frais de santé.

A noter que les critères d’Ottawa sont hautement sensibles pour les fractures de la cheville aussi bien chez les enfants que chez les adultes.

Traitements

  1. Repos : Le premier traitement pour une entorse est de se reposer et de ne pas utiliser le membre affecté. Cela permet de réduire la douleur, l’inflammation et les risques de complications.
  2. Glace : L’application de glace (dans un linge afin de ne pas brûler la peau) peut réduire l’enflure et soulager la douleur. Il est recommandé d’appliquer de la glace pendant 15 à 20 minutes toutes les deux heures.
  3. Moyen de contention : L’utilisation d’un bandage de compression peut aider à réduire l’enflure et à soutenir l’articulation affectée. Cela peut être particulièrement utile pour les entorses légères à modérées.
  4. Élévation : Élever la partie affectée peut aider à réduire l’enflure.
  5. Médicaments : Les antalgiques peuvent être utilisés pour réduire la douleur. Cependant, il est important de suivre les instructions de votre médecin.
  6. Kinésithérapie : La kinésithérapie peut aider à renforcer les muscles et les ligaments autour de l’articulation affectée, ce qui peut aider à réduire le risque de blessures futures. Elle peut également aider à réduire la douleur et à améliorer la mobilité.
  7. Ostéopathie : Les ostéopathes peuvent utiliser des techniques manuelles pour aider à réduire la douleur, l’inflammation et à améliorer la circulation sanguine et lymphatique autour de l’articulation touchée. Ils peuvent également agir sur les entorses chroniques.

Il est important de noter que le traitement spécifique dépendra de la gravité de l’entorse et des symptômes individuels de chaque patient. Il est important de consulter un médecin ou un professionnel de la santé pour obtenir un diagnostic précis et un traitement approprié.

Ostéopathie mon amie

L’ostéopathie est une option de choix concernant le traitement des entorses de chevilles aigues comme chroniques. Votre ostéopathe utilisera des techniques manuelles douces et adaptées pour améliorer la circulation sanguine et lymphatique au sein du ligament lésé afin de réduire l’inflammation et ainsi soulager la douleur. Le but étant de rétablir une fonction articulaire normale par des manipulations articulaires précises. Votre ostéopathe pourra vous poser un strapping selon le grade et la localisation de votre entorse.

A la fin de la consultation, votre ostéopathe pourra vous conseiller des exercices spécifiques pour renforcer les muscles autour de la zone affectée et améliorer la souplesse de la zone endolorie (si votre état le permet). Des exercices de proprioception pourront vous être recommandés aussi si cela est nécessaire. Notez que la prise en charge ostéopathique vous permettra une récupération plus rapide, une diminution de la douleur et une amélioration de la mobilité.

Dans le cas des entorses aigues, l’ostéopathie vous apportera une récupération plus rapide tant dans la douleur que dans votre impotence fonctionnelle, évitant par la suite le risque de récidive et donc de séquelles.

Dans le cas d’entorses chroniques, votre ostéopathe s’attardera non seulement sur votre cheville mais aussi sur votre posture (et le reste de votre corps). En effet, une entorse, mal soignée ou chronique, va modifier avec le temps votre schéma postural. Il n’est pas rare que nous observions en cabinet bon nombre de patients se plaignant de douleur aux genoux (gonalgies), aux cervicales (cervicalgies), aux lombaires (lombalgies) suite à une entorse de cheville.

Cependant, il est important de consulter un ostéopathe qualifié dans la prise en charge des entorses qui maitrise l’utilisation des critères d’Ottawa.

Guillaume SOLAZ (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Angélique ILLMANN (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Lucas GIL (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Marion WYSOCKI (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Léna BURLET (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)


Avertissement médical & Précautions d’utilisation

L’information présentée ne saurait en aucun cas remplacer un avis médical. Consultez immédiatement votre médecin si vous constatez des douleurs inhabituelles ou le service d’urgences.

Les conseils et exercices présentés dans les vidéos, podcasts ou articles diffusés sur nos sites sont proposés par un professionnel ostéopathe diplômé. Ils sont délivrés dans un cadre de prévention médicale et d’éducation thérapeutique du patient. Ils ne sauraient en aucun cas se substituer à une consultation médicale personnalisée.

Nous vous invitons à demander conseil à votre médecin avant leur mise en application.

Chaque cas étant particulier, un examen médical est nécessaire pour aboutir à un diagnostic. Si les symptômes persistent ou s’aggravent, il est impératif de consulter un médecin ou le service d’urgences.

Vous reconnaissez être pleinement informé du risque que peut représenter la pratique d’exercices physiques et êtes seul responsable de leur bonne exécution.

La responsabilité des auteurs ne saurait être engagée si une blessure survenait lors de la mise en application d’un de ces exercices ou conseils.

 

Pubalgie : Définition, traitements, conseils et Ostéopathie

DEFINITION 

La pubalgie est une affection douloureuse touchant la région de la symphyse pubienne, la jonction entre les deux os pubiens située à l’avant du bassin. Elle est caractérisée par une douleur aiguë, sourde ou lancinante, souvent associée à une gêne fonctionnelle.

PHYSIOPATHOLOGIE

La physiopathologie de la pubalgie est complexe et multifactorielle. Elle peut résulter d’une surcharge mécanique ou d’un déséquilibre musculaire des muscles de la hanche et de la cuisse, notamment des adducteurs et des abdominaux, qui participent à la stabilisation de la symphyse pubienne. Elle peut également être liée à des pathologies sous-jacentes, telles qu’une hernie inguinale, une pathologie articulaire ou une lésion nerveuse.

ANATOMIE

La symphyse pubienne est une articulation fibrocartilagineuse qui relie les deux os pubiens. Elle est entourée de ligaments qui maintiennent la stabilité de l’articulation. Les muscles adducteurs de la hanche et les muscles abdominaux participent également à la stabilité de la symphyse pubienne.

Le bassin est une structure en forme d’anneau, composé en arrière du sacrum et du coccyx, et en latéral des deux os iliaques ou coxal.

Ce bassin comporte donc plusieurs articulations :

  • La plus célèbre est l’articulation sacro-iliaque au nombre de deux (droite et gauche).
  • Une articulation médiane unique qui met en contact les deux pubis pour former la symphyse pubienne en avant. La symphyse pubienne a pour surface articulaire les faces médiales du pubis, c’est la surface symphysaire. C’est deux surfaces symphysaires sont séparées par un disque interpubien qui est du fibrocartilage. Ces surfaces articulaires sont orientées en bas et en médial dont le sommet est inférieur. Elles sont recouvertes de cartilage hyalin qui au fur et à mesure des années se calcifie. Au niveau du disque interpubien, on peut avoir une déhiscence ou un foramen qui s’appelle la fente interpubienne.

Les moyens d’union sont au nombre de 4 qui sont représentés sous forme de ligament :

  • Le ligament interpubien antérieur qui s’attache sur les faces antérieures des deux corps du pubis et qui vient croiser la symphyse pubienne.
  • Le ligament interpubien supérieur qui est très fin qui s’attache sur les bords supérieurs des deux corps du pubis et qui vient croiser la symphyse pubienne.
  • Le ligament interpubien postérieur qui est encore plus fin que le ligament interpubien antérieur.
  • Le ligament interpubien inférieur qui est très résistant et porte aussi le nom de ligament arqué qui croise la symphyse pubienne et qui s’attache sur les bords inférieurs des deux corps des pubis.

En cas de pubalgie, la douleur est généralement localisée à la région de la symphyse pubienne, mais peut également irradier vers les muscles adducteurs de la hanche, le bas ventre, le périnée, les hanches ou le bas du dos.

Les muscles adducteurs

Ils sont au nombre de trois, ils ont la particularité d’occuper tout l’intérieur de la cuisse. Ils font partie de la région médiale de la cuisse et sont accompagnés de deux muscles : le muscle pectiné et le muscle gracile.

Le muscle gracile : C’est un muscle polyarticulaire

Origine : Corps et branche inférieure du pubis, proche de la symphyse pubienne.

Trajet : en bas, quasi vertical.

Terminaison : sur le tibia, au niveau de sa face postérieure.

Innervation : le nerf obturateur.

Action : fléchisseur et rotateur médial du genou, adducteur accessoire de la cuisse.

Le muscle pectiné

Origine : bord supérieur de la hanche pubienne.

Trajet : il se dirige en bas, en latéral et en arrière.

Terminaison : bord postérieur du fémur, sur la ligne pectiné du fémur.

Innervation : nerf fémoral et nerf obturateur.

Action : Adducteur de la cuisse.

Le muscle long adducteur      

Origine : Face antérieure du corps du pubis, au dessous du tubercule pubien.

Trajet : en bas, en latéral et en arrière.

Terminaison : il se termine sur le tiers moyen de la ligne âpre.

Innervation : Nerf fémoral et nerf obturateur.

Action : adducteur de la cuisse, rotateur latéral.

Le muscle court adducteur

Origine : branche inférieure du pubis.

Trajet : en bas, en latéral.

Terminaison : il se termine sur le tiers supérieur de la ligne âpre.

Innervation : nerf obturateur.

Action : adducteur de la cuisse.

Le muscle grand adducteur       

Il a deux faisceaux :

  • Le faisceau antérieur

Origine : Branche inférieure du pubis et branche de l’ischion.

Trajet : il présente une torsion de façon que les fibres médiales soient plus horizontales et plus hautes que les latérales.

Terminaison : il se termine sur la ligne âpre ainsi que sur la ligne supra-condylaire médiale.

Innervation : nerf obturateur.

Action : c’est l’adducteur principal

  • Le faisceau postérieur

Origine : bord inférieur de la tubérosité ischiatique.

Trajet : Il est vertical.

Terminaison : il se termine sur le tubercule de l’adducteur.

Innervation : nerf sciatique.

Action : c’est l’adducteur principal.

EPIDEMIOLOGIE

La pubalgie est une douleur chronique de la région pubienne, qui survient généralement chez les sportifs : football, hockey, danse, course à pied, vélo… Elle est causée par une inflammation ou une lésion des muscles, tendons ou ligaments qui soutiennent la symphyse pubienne.

L’épidémiologie de la pubalgie est complexe, car elle dépend de nombreux facteurs, tels que l’âge, le sexe, le type d’activité sportive, le niveau de compétition et le terrain de jeu (sol mal adapté). Cependant, on estime que la prévalence de la pubalgie chez les sportifs varie de 2% à 18%, selon les études. Les hommes semblent être plus touchés que les femmes. Les sports les plus à risque (dans l’ordre de prévalence) sont le football, le hockey sur glace, l’athlétisme, gymnastique et la danse. La pubalgie peut survenir à tout âge, mais elle est plus fréquente chez les jeunes adultes, en particulier chez les sportifs de haut niveau.

TRAITEMENTS

La prise en charge de la pubalgie dépend de la cause et de la sévérité de la douleur. Les traitements possibles comprennent :

  1. Repos et glace : Le repos est essentiel pour permettre aux tissus de se désinflammer. L’application de glace peut réduire l’inflammation et soulager la douleur.
  2. Médicaments : Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent aider à réduire l’inflammation et la douleur. Des antalgiques peuvent aussi être prescrit selon l’intensité de votre douleur. Dans les cas plus graves, des injections de corticostéroïdes peuvent être nécessaires.
  3. Kinésithérapie : Les exercices de renforcement et d’étirement peuvent aider à améliorer la stabilité et la souplesse des muscles de la hanche et de la cuisse.
  4. Ostéopathie : les ostéopathes utilisent des techniques manuelles douces pour aider à rétablir l’équilibre et la fonction normale des structures musculosquelettiques qui sont quant à elles déséquilibrées voire bloquées.
  5. Chirurgie : Dans les cas graves et résistants aux autres traitements, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour réparer les muscles ou les tendons endommagés.
  6. Rééducation : Après la chirurgie ou une période prolongée de repos, une rééducation peut être nécessaire pour retrouver la force et la flexibilité des muscles.

Les conséquences de la pubalgie dépendent également de la cause sous-jacente. Si la pubalgie est causée par une surutilisation, une modification de l’activité physique peut être nécessaire pour éviter la récidive de la douleur. Dans les cas plus graves, une intervention chirurgicale (qui reste exceptionnelle) peut être nécessaire, ce qui peut entraîner une période de récupération prolongée.

BENEFICES DE L’OSTEOPATHIE

L’ostéopathie peut aider à soulager les douleurs et les tensions associées à la pubalgie en traitant les déséquilibres musculosquelettiques qui peuvent en être la cause. L’ostéopathe utilisera diverses techniques adaptées en incluant les manipulations articulaires, les mobilisations douces, le relâchement myofascial. Le traitement des « triggers points » sera une aide précieuse dans la diminution des tensions musculaires et les techniques neurales permettront de réduire vos douleurs de façon significative.

Plus précisément, les bénéfices de l’ostéopathie sur la pubalgie peuvent inclure :

  • Soulagement de la douleur et de l’inflammation
  • Amélioration de la mobilité et de la flexibilité des articulations et des tissus mous
  • Réduction des tensions musculaires
  • Correction des déséquilibres posturaux et musculosquelettiques
  • Prévention des récidives de la pubalgie

Il est important de souligner que chaque cas de pubalgie est unique, et que le traitement ostéopathique sera adapté à chaque patient en fonction de ses besoins et de sa condition spécifique. Il est recommandé de consulter un ostéopathe formé et expérimenté pour obtenir un traitement efficace et sûr de la pubalgie.

CONSEILS

Bien sûr, voici quelques conseils pour prévenir ou soulager une pubalgie :

  1. Évitez les activités sportives ou mouvements comme les sauts, les rotations, les mouvements de flexion et extension répétés.
  2. Pratiquez une activité physique régulière pour renforcer les muscles de la région pelvienne et abdominale et ainsi améliorer la flexibilité de ces muscles.
  3. Étirez vous avant et après chaque séance de sport pour prévenir les blessures.
  4. Utilisez des chaussures appropriées pour votre activité sportive avec un soutien adéquat de vos pieds et de votre posture.
  5. Assurez vous d’avoir une technique de mouvement appropriée pour votre activité sportive ou exercice.
  6. En cas de douleur, arrêtez immédiatement votre activité et consultez un professionnel de la santé.
  7. Si vous avez une pubalgie diagnostiquée, suivez les recommandations de votre professionnel de la santé.
  8.  Consultez votre ostéopathe.
  9. Modifiez votre activité physique si besoin.
  10. Enfin et surtout : Soyez patient lors de la récupération de la pubalgie. En effet, votre guérison peut prendre du temps et nécessiter une rééducation complète avant de reprendre vos activités sportives habituelles.

Guillaume SOLAZ (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Angélique ILLMANN (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Lucas GIL (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Marion WYSOCKI (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)


Avertissement médical & Précautions d’utilisation

L’information présentée ne saurait en aucun cas remplacer un avis médical. Consultez immédiatement votre médecin si vous constatez des douleurs inhabituelles ou le service d’urgences.

Les conseils et exercices présentés dans les vidéos, podcasts ou articles diffusés sur nos sites sont proposés par un professionnel ostéopathe diplômé. Ils sont délivrés dans un cadre de prévention médicale et d’éducation thérapeutique du patient. Ils ne sauraient en aucun cas se substituer à une consultation médicale personnalisée.

Nous vous invitons à demander conseil à votre médecin avant leur mise en application.

Chaque cas étant particulier, un examen médical est nécessaire pour aboutir à un diagnostic. Si les symptômes persistent ou s’aggravent, il est impératif de consulter un médecin ou le service d’urgences.

Vous reconnaissez être pleinement informé du risque que peut représenter la pratique d’exercices physiques et êtes seul responsable de leur bonne exécution.

La responsabilité des auteurs ne saurait être engagée si une blessure survenait lors de la mise en application d’un de ces exercices ou conseils.

Hernie discale, définition, traitements, conseils et Ostéopathie

Hernie discale, définition, traitements, conseils et Ostéopathie

Définition

La hernie discale est une pathologie qui affecte les disques intervertébraux de la colonne vertébrale. Ces disques sont des structures fibro-cartilagineuses qui séparent les vertèbres et permettent l’amortissement des chocs et la flexibilité de la colonne vertébrale. La hernie discale se produit lorsqu’une partie du noyau pulpeux, le gel situé au centre du disque, est poussée à travers une fissure ou une déchirure au niveau de l’anneau fibreux (annulus fibrosus) qui entoure le disque. Cette protrusion peut ensuite comprimer les racines nerveuses qui émergent de la colonne vertébrale et provoquer des symptômes tels que des douleurs, des engourdissements et des picotements dans les zones innervées par ces racines nerveuses. La hernie discale peut survenir à n’importe quel niveau de la colonne vertébrale, mais elle est plus fréquente dans les régions lombaire et cervicale.

Les facteurs de risques

  1. L’âge : la fréquence augmente statistiquement chez les personnes de plus de 35 ans.
  2. Obésité : L’excès de poids augmente la pression sur la colonne vertébrale et peut augmenter le risque de hernie discale.
  3. Sédentarité : Un mode de vie sédentaire peut affaiblir les muscles du dos, augmenter la pression sur la colonne vertébrale.
  4. Posture incorrecte : Une mauvaise posture prolongée peut entraîner une tension excessive sur les disques intervertébraux.
  5. Tabagisme : Les substances toxiques contenues dans la cigarette empêchent une bonne vascularisation, entrainant de facto une déhiscence (usure) prématurée des disques intervertébraux.
  6. Mouvements répétitifs : qui impliquent la colonne vertébrale, comme le port de charge ou les mouvements forcés du tronc, peuvent entraîner une usure excessive des disques intervertébraux.
  7. Facteurs génétiques : Certaines personnes peuvent avoir une prédisposition génétique à la hernie discale.
  8. Blessures : Les blessures à la colonne vertébrale, comme les chutes ou les accidents de voiture, peuvent endommager les articulations zygapophysaires (processus articulaires postérieurs vertébraux) créant avec le temps de l’arthrose qui sera accompagnée d’une usure des disques intervertébraux ; réalisant ainsi la pathologie discarthrosique.
  9. Le stress émotionnel : peut provoquer une tension excessive dans les muscles du dos, augmenter la pression sur la colonne vertébrale et augmenter le risque de hernie discale.
  10. Activités sportives intenses : Les activités sportives qui impliquent des mouvements répétitifs ou des impacts répétés, comme la gymnastique, le football, le rugby, la course à pied (sur sol non adapté), certains sports de combat à impact ou le tennis, peuvent augmenter le risque de hernie discale.

Les symptômes des hernies discales

 La Douleur : La douleur secondaire à une hernie discale lombaire aura pour origine le bas du dos et pourra irradier dans une jambe réalisant une cruralgie ou une sciatalgie. Quant à la hernie discale cervicale, la douleur aura pour origine le cou et pourra irradier dans un bras réalisant une névralgie cervico-brachiale (NCB). Une douleur descendant en bas du genou ou en bas du coude est un signe qui porte à croire en la présence d’une hernie discale (c’est un signe de compression d’une racine nerveuse).

Les symptômes douloureux peuvent être augmentés par le fait de tousser, de rire, d’éternuer ou d’aller à la selle.

A noter que certaines hernies discales peuvent passer totalement inaperçues puisqu’elles ne causent aucune douleur est sont dites asymptomatiques.

Faiblesse : un disque intervertébral qui comprime une racine nerveuse peut entrainer une faiblesse des muscles qui sont innervés par le nerf en question. L’intensité de la compression définira la gravité des symptômes, allant d’une simple hypotonie à une paralysie temporaire du muscle (parésie) voire à une paralysie totale (urgence chirurgicale).

Engourdissements : un disque intervertébral qui comprime une racine nerveuse peut également entrainer des engourdissements aux régions cutanées qui sont innervées par le nerf atteint. L’intensité de la compression définira la gravité des symptômes, allant de simples paresthésies (picotements, fourmillements, piqûres, brûlures) à une anesthésie complète (perte de toute sensibilité).

Quelles sont les zones les plus touchées ?

  • La hernie discale C6-C7 : entre la sixième (C6) et la septième vertèbre cervicale (C7) qui provoque une névralgie cervico-brachiale (NCB) entrainant des douleurs dans le bras jusqu’aux doigts.
  • La hernie discale L3-L4 : située entre la troisième vertèbre lombaire (L3) et la quatrième vertèbre lombaire (L4) provoquant une cruralgie.
  • La hernie discale L4-L5 : située entre la quatrième lombaire (L4) et la cinquième lombaire (L5) qui provoque des douleurs partant des dernières lombaires pour descendre ensuite dans la partie latérale du membre inférieur jusque dans le gros orteil réalisant la sciatique L4-L5.
  • La hernie discale L5-S1 : située entre la cinquième lombaire (L5) et la première vertèbre sacrée (S1) qui provoque des douleurs partant des dernières lombaires pour descendre dans la fesse et la partie postérieure du membre inférieur jusque dans le cinquième orteil réalisant la sciatique L5-S1.

Hernie discale L4-L5 visualisée par IRM

Hernie discale C4-C5 visualisée par IRM

Les traitements

Les traitements seront adaptés à chaque patient, tant dans l’intensité de la douleur mais surtout au niveau de son étiologie (causalité).

  1. La prise en charge médicamenteuse : Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent être prescrits pour réduire l’inflammation et soulager la douleur. Les opioïdes peuvent être utilisés, mais ils sont généralement prescrits à court terme en raison de leur potentiel d’effets secondaires et des risques de dépendance. Les myorelaxants (relaxants musculaires) peuvent aider à réduire les spasmes musculaires et la douleur.
  2. La kinésithérapie : peut aider à soulager la douleur et améliorer la mobilité en utilisant des exercices de renforcement musculaire, des étirements et des massages. L’objectif est de renforcer les muscles du dos et de l’abdomen afin de soutenir la colonne vertébrale et ainsi réduire la pression sur le disque intervertébral.
  3. L’ostéopathie peut également être utile dans le traitement des hernies discales. Elle peut aider à soulager les douleurs, améliorer la mobilité articulaire et la circulation sanguine autour de la zone touchée. Par des techniques myotensives, l’ostéopathe sera à même de réduire les tensions musculaires. Les techniques utilisées en ostéopathie pour traiter les hernies discales comprennent la mobilisation articulaire douce, le relâchement myofascial les manipulations vertébrales douces et les techniques neurales (destinées aux différents nerfs atteints par la hernie discale).
  4. Les infiltrations : Les infiltrations de corticostéroïdes peuvent être utilisées pour réduire l’inflammation et soulager la douleur. Elles sont généralement réservées aux cas de hernies discales plus graves ou persistantes qui ne répondent pas à d’autres traitements.
  5. La chirurgie : La chirurgie peut être recommandée si les autres traitements n’ont pas réussi à soulager la douleur ou si la hernie discale est particulièrement grave. Les types de chirurgie comprennent la discectomie (consiste à retirer une partie ou la totalité du disque endommagé), la laminectomie consiste à retirer une partie de l’os pour soulager la pression sur le nerf) et l’arthrodèse (qui est le résultat de la fusion de deux ou plusieurs vertèbres avec du matériel du type plaque, vis ou prothèse discale) pour stabiliser la colonne vertébrale.

Conseils

  1. Évitez les mouvements brusques et les positions qui sollicitent le dos, tels que le port de charges lourdes ou le fait de rester debout ou assis pendant de longues périodes.
  2. Pratiquez régulièrement des exercices de renforcement musculaire pour soutenir votre colonne vertébrale, tels que la natation, la marche ou le yoga.
  3. Maintenez un poids santé pour éviter une pression excessive sur votre dos.
  4. Soyez vigilant quant à votre posture et évitez de vous pencher ou de vous tordre de manière inutile.
  5. Évitez de fumer car la nicotine peut réduire l’apport sanguin dans la colonne vertébrale, ce qui peut aggraver les symptômes de la hernie discale.
  6. Hydratez vous régulièrement et suffisamment. Les disques intervertébraux ont besoin d’eau afin de garder les turgescences (volume).
  7. Consultez un ostéopathe et un kinésithérapeute pour des conseils spécifiques en matière de traitement et d’exercice physique adapté à votre condition.
  8. Si la douleur est intense, consultez votre médecin pour des options de traitement supplémentaires, telles que des analgésiques ou des injections de corticostéroïdes.

Ostéopathie mon amie

Le traitement ostéopathique des hernies discales consiste en une approche globale du patient, en prenant en compte les différents facteurs qui peuvent favoriser la survenue de celles-ci. Votre ostéopathe travaillera sur la posture, la mobilité articulaire, la musculature, l’alimentation, le sommeil, le stress tout en prenant en compte vos antécédents médicaux.

Le panel des outils que votre ostéopathe pourra être amené à utiliser pour soulager les symptômes de la hernie discale seront variés :

  1. Manipulation vertébrale : les techniques de manipulation douces vertébrales précises auront pour but d’améliorer la mobilité articulaire, réduisant la pression sur le disque intervertébral et soulager la douleur.
  2. Techniques de tissus mous péri-articulaires et myotensives : l’ostéopathe peut également utiliser des techniques de mobilisation tissulaires douces (destinées aux muscles, fascias, ligaments…) afin de réduire la pression sur le disque intervertébral.
  3. Techniques neurales (spécialité du cabinet) : destinées aux différents nerfs souffrant de ou des hernies en question.
  4.  Techniques viscérales : l’ostéopathe peut mobiliser certaines structures viscérales qui prennent attaches sur la colonne vertébrale.
  5. Entrées posturales : Les différentes entrées posturales sont les pieds (modification de certains points d’appuis plantaires), les yeux (le regard devant toujours se retrouver en position horizontale, le complexe articulaire cervical C0-C1-C2 sera en adaptation permanente), les dents (ATM : articulation temporo-mandibulaire) seront rééquilibrés par un traitement ostéopathique adapté. A noter que votre ostéopathe pourra être amené à vous conseiller d’aller consulter votre ophtalmologue (entrée posturale « yeux »), votre dentiste (entrée posturale « dents ») et/ou votre podologue (entrée posturale « pieds ») si besoin.

Quels sont les bénéfices de l’ostéopathie sur les hernies discales ?

  • Réduction de la douleur
  • Amélioration de la mobilité articulaire
  • Réduction de la tension musculaire
  • Amélioration de la posture
  • Réduction de l’inflammation

Guillaume SOLAZ (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Lucas GIL (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Angélique ILLMANN (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Marion WYSOCKI (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Léna BURLET (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)


Avertissement médical & Précautions d’utilisation

L’information présentée ne saurait en aucun cas remplacer un avis médical. Consultez immédiatement votre médecin si vous constatez des douleurs inhabituelles ou le service d’urgences.

Les conseils et exercices présentés dans les vidéos, podcasts ou articles diffusés sur nos sites sont proposés par un professionnel ostéopathe diplômé. Ils sont délivrés dans un cadre de prévention médicale et d’éducation thérapeutique du patient. Ils ne sauraient en aucun cas se substituer à une consultation médicale personnalisée.

Nous vous invitons à demander conseil à votre médecin avant leur mise en application.

Chaque cas étant particulier, un examen médical est nécessaire pour aboutir à un diagnostic. Si les symptômes persistent ou s’aggravent, il est impératif de consulter un médecin ou le service d’urgences.

Vous reconnaissez être pleinement informé du risque que peut représenter la pratique d’exercices physiques et êtes seul responsable de leur bonne exécution.

La responsabilité des auteurs ne saurait être engagée si une blessure survenait lors de la mise en application d’un de ces exercices ou conseils.

Arthrose, définition, traitements & Ostéopathie

ARTHROSE, DEFINITION, TRAITEMENTS & OSTEOPATHIE

DEFINITION

L’arthrose est une maladie chronique qui affecte les articulations, en particulier les zones où les os sont en contact les uns avec les autres. Elle se caractérise par une dégénérescence et donc une détérioration progressive du cartilage qui recouvre les extrémités osseuses des articulations. L’arthrose entraîne une douleur, une raideur et une perte de mobilité.

PHYSIOPATHOLOGIE

Schéma anatomique : Genou normal à gauche et gonarthrose à droite

Le cartilage, qui recouvre l’extrémité des os, est un tissu dense et élastique qui permet aux os de glisser les uns sur les autres en douceur et sans frottement (grâce au liquide synovial qui sert de « lubrifiant »).

Lorsque le cartilage se détériore, les os se frottent les uns contre les autres, ce qui peut provoquer des douleurs, des raideurs et une perte de mobilité articulaire. En outre, la détérioration du cartilage peut entraîner la formation de petits ostéophytes ou excroissances osseuses sur les bords de l’articulation, ce qui peut également provoquer des douleurs et des raideurs.

Au niveau anatomique, l’arthrose peut toucher différentes articulations, comme les hanches (coxarthrose), les genoux (gonarthrose), les mains (rhizarthrose au niveau du pouce), les pieds, les épaules (omarthrose), les vertèbres cervicales (cervicarthrose), dorsales (dorsarthrose) et lombaires (lombarthrose)…

Les articulations les plus fréquemment touchées sont les hanches et les genoux.

ETIOLOGIE

  • Le vieillissement : le risque d’arthrose augmente avec l’âge, en raison de l’usure normale des articulations au fil du temps.
  • Le surpoids : l’excès de poids peut exercer une pression excessive sur les articulations, en particulier les genoux et les hanches, ce qui peut augmenter le risque d’arthrose.
  • Les traumatismes articulaires : les blessures, les fractures, les entorses et les luxations peuvent endommager le cartilage articulaire et augmenter le risque de développer de l’arthrose.
  • Les malformations articulaires congénitales ou acquises : certaines malformations articulaires, comme la dysplasie de la hanche, peuvent augmenter le risque de développer une coxarthrose par exemple.
  • Les troubles métaboliques : le diabète.
  • Les maladies inflammatoires articulaires : polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante…

L’arthrose touche environ 10% de la population adulte. Les femmes sont plus touchées que les hommes, en particulier après la ménopause. Le risque d’arthrose augmente avec l’âge et est également plus élevé chez les personnes en surpoids ou obèses. Certaines articulations, comme les genoux, les hanches et les mains, sont plus souvent touchées que d’autres.

 

TRAITEMENTS

Voici une liste exhaustive des traitements possibles pour l’arthrose :

  1. Médicaments : Les médicaments peuvent aider à soulager la douleur et à réduire l’inflammation associée à l’arthrose. Les analgésiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les corticostéroïdes et les injections de viscosupplémentation (notamment au niveau des genoux) sont largement utilisés.
  2. Activité physique : Les exercices de renforcement musculaire, les étirements et les activités de faible impact peuvent aider à maintenir la flexibilité, la force et la mobilité articulaire. Les exercices aquatiques, tels que la natation, peuvent être particulièrement bénéfiques car ils réduisent la pression sur les articulations.
  3. Perte de poids : La perte de poids peut réduire la pression sur les articulations, en particulier sur les genoux et les hanches. Même une petite perte de poids peut aider à soulager la douleur et à améliorer la mobilité.
  4. L’ostéopathie : par des manipulations et des mobilisations douces et adaptées, permet de réduire les douleurs et améliorer la mobilité articulaire.
  5. Les cures thermales : les bains thermaux, les douches, l’enveloppement de boues thermales et les massages peuvent aider à réduire les douleurs liées à l’arthrose.
  6. La kinésithérapie : par des exercices et des mouvements adaptés qui visent à améliorer la mobilité des articulations atteintes par l’arthrose.
  7. La chaleur : l’utilisation de la chaleur sur l’arthrose permets une meilleure vascularisation des tissus mous et donc une diminution des tensions musculaires.
  8. Chirurgie : Dans les cas graves où les autres traitements n’ont pas été efficaces, la chirurgie peut être nécessaire. La chirurgie peut impliquer la réparation ou le remplacement de l’articulation endommagée.
  9. Dispositifs de soutien : attelles, orthèses et cannes, peuvent aider à réduire la pression sur les articulations et à améliorer la mobilité.

OSTEOPATHIE MON AMIE

L’ostéopathie est une méthode de choix, non invasive (chirurgie/infiltrations) et non médicamenteuse, pour soulager les symptômes de l’arthrose. L’ostéopathe travaillera par des manipulations douces et adaptées sur les articulations, les muscles, ligaments par diverses techniques :

  1. Manipulation articulaire : les ostéopathes utilisent des techniques de manipulation articulaire pour restaurer la mobilité des articulations touchées par l’arthrose.
  2. Mobilisation des tissus mous : les techniques de mobilisation des tissus mous, telles que le massage, peuvent aider à soulager la douleur et à réduire l’inflammation.
  3. Rééducation posturale : votre ostéopathe sera en mesure de vous recommander des exercices pour améliorer la posture et renforcer les muscles autour des articulations touchées.
  4. Conseils en matière de mode de vie : votre ostéopathe pourra vous prodiguer des conseils sur le mode de vie, notamment sur les modifications alimentaires, l’activité physique et les pratiques de gestion du stress.

Les bénéfices de l’ostéopathie pour l’arthrose comprennent :

  1. Soulagement de la douleur : l’ostéopathie peut aider à soulager la douleur associée à l’arthrose.
  2. Amélioration de la mobilité articulaire : les techniques de manipulation articulaire peuvent aider à restaurer la mobilité des articulations touchées par l’arthrose.
  3. Réduction de l’inflammation : les techniques de mobilisation des tissus mous peuvent aider à réduire l’inflammation dans les articulations touchées.
  4. Réduction de la prise de médicaments : l’ostéopathie peut aider à réduire la nécessité de prendre des médicaments pour soulager les douleurs arthrosiques.

Il convient de noter que l’ostéopathie ne peut pas guérir l’arthrose, mais elle peut aider à soulager la douleur et à améliorer la qualité de vie des patients atteints de cette pathologie. Il est important de consulter un ostéopathe qualifié et expérimenté pour élaborer un plan de traitement personnalisé pour l’arthrose et qui travaille en collaboration avec les autres professionnels de la santé impliqués dans la prise en charge de celle-ci.

Guillaume SOLAZ (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Lucas GIL (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)

Angélique ILLMANN (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse)


Avertissement médical & Précautions d’utilisation

L’information présentée ne saurait en aucun cas remplacer un avis médical. Consultez immédiatement votre médecin si vous constatez des douleurs inhabituelles ou le service d’urgences.

Les conseils et exercices présentés dans les vidéos, podcasts ou articles diffusés sur nos sites sont proposés par un professionnel ostéopathe diplômé. Ils sont délivrés dans un cadre de prévention médicale et d’éducation thérapeutique du patient. Ils ne sauraient en aucun cas se substituer à une consultation médicale personnalisée.

Nous vous invitons à demander conseil à votre médecin avant leur mise en application.

Chaque cas étant particulier, un examen médical est nécessaire pour aboutir à un diagnostic. Si les symptômes persistent ou s’aggravent, il est impératif de consulter un médecin ou le service d’urgences.

Vous reconnaissez être pleinement informé du risque que peut représenter la pratique d’exercices physiques et êtes seul responsable de leur bonne exécution.

La responsabilité des auteurs ne saurait être engagée si une blessure survenait lors de la mise en application d’un de ces exercices ou conseils.