Syndrome de Tietze & Ostéopathie

Syndrome de Tietze & Ostéopathie

Définition

Le syndrome de Tietze est une inflammation du cartilage intercostal situé entre le sternum et les côtes (face antérieure du thorax). Le syndrome de Tietze prend aussi le nom de costochondrite ou de syndrome costochondral. Il est caractérisé par une douleur vive, généralement située sur le 2ème et 3ème cartilage intercostal, c’est-à-dire au niveau des articulations chondro-costales ou chondro-sternales.

Un peu d’anatomie

Le thorax est composé par :

  • Le sternum

C’est un os plat, médian, impair et symétrique. Il mesure environ 18 cm de longueur. Il est aplati d’avant en arrière et il correspond à la réunion des sternèbres. On le compare à une « épée de gladiateur », dont la partie supérieure est le manubrium, la partie moyenne est le corps du sternum et la partie inférieure est appelée processus, apophyse ou appendice xiphoïde.

  • Les côtes

Le corps humain possède 12 côtes de chaque côté, donc 24 au total. Nous avons 2 familles de côtes, les vraies côtes et les fausses côtes. Les vraies côtes sont les 7ème côtes qui s’attachent directement sur le sternum et les fausses côtes sont les 8ème, 9ème et 10ème côtes. Les côtes flottantes sont les 11ème et 12ème côtes et font partie des fausses côtes.

  • Les cartilages costaux

Chaque côte se prolonge en avant par un cartilage costal pour arriver sur le bord du sternum. Ces cartilages sont aplatis d’avant en arrière. Le 1er cartilage costal se dirige en dedans et un peu en haut. Les 2ème et 3ème sont un peu horizontaux. Le 4ème est légèrement ascendant. Du 5ème au 10ème, ils sont franchement ascendants.

Causes

Les causes ou étiologie du syndrome de Tietze sont dans la majorité des cas inconnus. Cependant, nous pouvons retrouver des facteurs prédisposants :

  • Micro-traumatismes répétitifs
  • Faux mouvements (secouer un tapis)

Les symptômes du syndrome de Tietze

  • Douleur située au niveau du 2ème et/ou 3ème cartilage intercostal.
  • Rougeur et tuméfaction au niveau de la zone douloureuse (parfois).
  • Douleur augmentée lors de l’inspiration profonde, de la toux, éternuements et de certains mouvements (bras, épaule).
  • Douleur pouvant irradier vers l’épaule ou le cou (laissant croire à un pathologie cardiaque).

Le diagnostic différentiel du syndrome de Tietze

Devant toute douleur thoracique, consultez immédiatement votre médecin ou le service des urgences.

https://primary-hospital-care.ch/fr/article/doi/phc-f.2019.10115 

Les traitements du syndrome de Tietze

  • Médicaments : antalgiques et/ou AINS (anti-inflammatoires non stéroïdien)
  • Ostéopathie.
  • Infiltrations.
  • Mésothérapie.

Ostéopathie mon amie

Nous déterminerons quelles sont les structures en causes pouvant induire et donc augmenter les symptômes de cette inflammation et douleur. Nous procéderons de ce fait au relâchement du complexe articulaire des épaules et lèverons tous les blocages articulaires, ligamentaires et musculaires du grill costal (des côtes), du sternum et des vertèbres ; tant au niveau local qu’à distance. Des techniques viscérales cardio-pulmonaires douces pourront être mises en place afin de rendre cette zone indolente.

 

Guillaume SOLAZ (Ostéopathe D.O, Le Thor – Vaucluse) 


Avertissement médical & Précautions d’utilisation

L’information présentée ne saurait en aucun cas remplacer un avis médical. Consultez immédiatement votre médecin si vous constatez des douleurs inhabituelles ou le service d’urgences.

Les conseils et exercices présentés dans les vidéos, podcasts ou articles diffusés sur nos sites sont proposés par un professionnel ostéopathe diplômé. Ils sont délivrés dans un cadre de prévention médicale et d’éducation thérapeutique du patient. Ils ne sauraient en aucun cas se substituer à une consultation médicale personnalisée.

Nous vous invitons à demander conseil à votre médecin avant leur mise en application.

Chaque cas étant particulier, un examen médical est nécessaire pour aboutir à un diagnostic. Si les symptômes persistent ou s’aggravent, il est impératif de consulter un médecin ou le service d’urgences.

Vous reconnaissez être pleinement informé du risque que peut représenter la pratique d’exercices physiques et êtes seul responsable de leur bonne exécution.

La responsabilité des auteurs ne saurait être engagée si une blessure survenait lors de la mise en application d’un de ces exercices ou conseils.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *